Histoire de Cidre

[dropcap text= »C »]omment redécouvrir un produit que l’on croyait simple et banal ?

Un peu par hasard, j’ai découvert qu’à Argol, près de Crozon (Finistère, Argol), on pouvait visiter une cidrerie artisanale. Ce n’est pas exceptionnel, car depuis quelques années de nombreux artisans ouvrent leur porte à des visiteurs afin que l’on puisse apprécier la qualité de leur travail.
Cette visite fût cependant une excellente surprise, même si techniquement nous n’avons pas vu grand chose fonctionner car l’été n’est pas la saison pour faire du cidre (du moins de manière artisanale).
La visite est gratuite et dure deux heures, ou plus si vous avez beaucoup de questions. Le maitre des lieux vous fait découvrir son métier, ses choix et ses engagements. On y apprend énormément de choses et surtout on redécouvre un produit, le cidre, sur lequel on pensait tout savoir.
Le discours est ponctué d’anecdotes et d’humour, ce qui rend la visite encore plus agréable. Les explications vont plus loin que la fabrication du cidre. On y parle des vergers, des types de pommes, de l’histoire du cidre en France, des relations complémentaires avec les agriculteurs voisins. Des équilibres biologiques entre les différents milieux, ….
Il n’y a pas que le cidre qui est fabriqué à la ferme de Kermarzin, il y aussi le vinaigre de cidre et le jus de pomme.

Bien sûr, la visite se termine par une dégustation, là aussi très instructive.
On s’aperçoit que ce que l’on peut trouver dans les grandes surfaces, n’est pas foncièrement mauvais, mais totalement standardisé et sans relief, pour pouvoir plaire au plus grand nombre.
Avec cette dégustation et les explications qui vont avec, on apprend à apprécier les différents cidres et on peut imaginer les marier avec des mets auxquels on n’aurait pas forcément pensé.

Ah, j’oubliais, la ferme s’appelle la maison du cidre et elle porte bien son nom !

Le coin est très agréable, nous sommes dans la presqu’île de Crozon. N’oubliez pas de passer par le pont de Terenez au retour, il vaut le détour.

Terenez

Devezh mat !

PS : En bonus une photo de la presqu’île que j’ai prise en début d’année.