Switcher

[page_title text= »Anatomie d’un switcher »]

Tout d’abord, excusez moi pour cet anglicisme, il ne devrait pas y en avoir d’autre. Je ne suis pas friand de cette façon de s’exprimer alors que la langue de Molière est riche à souhait. Fermons la parenthèse et remontons quelques années en arrière. Dans les années 80 un film, totalement désuet aujourd’hui, a marqué mon esprit. Ce film s’intitule « Wargame ». En quelques mots, c’est l’histoire d’un ado, qui, à l’aide d’un ordinateur prend par hasard le contrôle de l’arsenal nucléaire américain. J’ai été fasciné par cette « technologie ». C’était l’époque des premiers ordinateurs individuels, bien avant l’avènement des PCs pour les particuliers. J’allais chez des amis qui avaient des ZX81, Oric Atmos, Texas Instrument et autres Commodore64 ….

A partir de 16 ans j’ai commencé à travailler l’été et j’ai pu mettre de l’argent de côté pour me payer mon premier ordinateur à moi, la rolls de l’époque : Un Amstrad 6128 (écran couleur et lecteur de disquette, le luxe !). Mon salaire de l’été y est passé ! J’ai commencé à programmer un peu, « copier » quelques jeux, prendre du bon temps en bidouillant. Les années passent, à l’époque on ne pondait pas un nouveau modèle tous les 6 mois. Arrivent l’université et la licence : cela a commencé à devenir plus sérieux. J’ai découvert le monde IBM PC et commencé à programmer réellement. En DEA, l’argent de mon été a encore été dilapidé pour un …….. 486 DX 33 avec 120 Mo de disque dur (oui, oui, vous lisez bien des Mégas octets). Pendant ma thèse, j’ai vu passer au labo (et bricolé !) un pentium, des pentium, MS-DOS, Windows 2.x, puis 3.1, NT, 95, etc….

Je bricolais aussi le PC à la maison en changeant des pièces de ci de là (mémoire, puce, carte graphique, boîtier, etc…). Sans jamais acheter de nouveau PC, c’est l’amélioration continue ! Je testais Linux, OS2 Warp, les réseaux, …. En post doc, à Cardiff, j’ai pour la première fois travaillé sur Apple. J’en avais entendu parlé, il y avait déjà beaucoup d’aficionados (voir d’intégristes). Venant du monde PC, je me suis dit quelle chance ! Après tout ce que j’avais entendu, ce type de machine devait « déchirer ».Las, quelle déception. Un veau, comparé à mon PC. Rien de transcendant dans l’interface, le tout était très lent, je n’ai vraiment pas compris l’engouement pour ce genre de truc.

Premières années de boulot (nous sommes en 1998), je continue à bidouiller mes machines à la maison (Windows et Linux). Puis vient l’ère des portables « accessibles ». Mon choix se porte sur Toshiba. Je garde toujours deux « fixes » à la maison pour ne pas perdre la main et surtout parce que j’adore ça. Arrivent l’ADSL, internet pour les masses et mon second portable (Asus G1S). En parallèle, je m’équipe un clone du palm, le HP 47xx sous windows mobile. Puis, il y a 3 ans, un iPhone. Coup de génie de la pomme, simple d’utilisation, bel objet, efficace, endurant. Je deviens très vite dépendant. J’ajoute un iPad à la collection en 2011. Du coup je délaisse un peu le portable et les deux fixes, mais je m’en sers quand même régulièrement. Novembre 2012, la carte graphique de mon Asus rend l’âme (après plus de 5 ans de bons et loyaux services). Et là, intense réflexion (ceux qui me connaissent bien, savent ce que ça veut dire chez moi :-). Certains commencent déjà à sourire en se disant : « si tout va bien , dans 2 ans il aura fait son choix ». Que nenni, coup de sang (à mon échelle de temps, bien sûr), je vais acheter un iMac……..et refaire mon salon.

La raison pour le mac ? ce n’est pas une raison, mais plusieurs. On peut critiquer le système fermé d’Apple, mais avoir 3 appareils (iPhone, iPad et iMac) qui communiquent entre eux sans difficultés, c’est pas mal. Le système d’exploitation est un Unix (je peux même y avoir accès, comme au bon vieux temps sous Linux). Dernière chose, pas des moindres, ils sont enfin performants (processeurs intel, disques SSD, carte graphique performante, …).

La raison pour le salon ? Maintenant, je peux poser simplement sur une petite table l’iMac qui se branche avec un seul fil et qui ne fait pas de bruit. J’ai un appareil d’un seul tenant, que je peux mettre dans mon salon sans avoir 3 kms de câbles derrière. Du coup, grand ménage, réorganisation des pièces (chambre d’amis et salon), suppression du bureau et des PCs. Je me suis séparé avec beaucoup de nostalgie de mes PCs, de mon clavier mythique (celui de mon DX 33 !), des disquettes MS-DOS, boot W98, interruptions DOS, boot Linux, de CDs de programmes windows (utilitaires et jeux). De tout un tas de connecteurs, câbles, adaptateurs, visserie que je gardais précieusement depuis des années et qui m’ont rendu d’inestimables services (à moi et à ceux que je dépannais !).

Me voilà abandonnant le monde PC. Fini le PC à la maison, je suis passé côté Mac, j’ai « switché ».

J’ai plein de choses à découvrir, presque une nouvelle façon de me servir de l’informatique, bref j’espère presque une renaissance. Certes je n’aurai plus de portable, mais je me suis aperçu que voyager avec un iPad me suffisait, et en plus c’est beaucoup plus léger ! Je suis donc passé à l’Apple store où j’ai été accueilli comme jamais dans un magasin d’informatique ! Il n’y a pas à dire, ils savent vendre. L’iMac est maintenant là dans le salon, il fonctionne très bien et va très viiiiiite. Même si je suis de temps en temps un peu perdu, j’aime beaucoup la philo et l’interface de « mon mac ». Après quelques mois d’arrêt je peux donc reprendre mon activité sur Menfall.

J’écris un article comme celui là tous les 29 ans, à bientôt donc pour ma prochaine grande migration 🙂